witchcraft redimensionné

manga pour adultes : Witchcraft, entre magie et sensualité

Posté le 22 avril 2014 par

Taifu manga est un éditeur spécialisé dans le yaoi, yuri et hentai. Parmi leur catalogue hentai (mangas érotiques pour adultes, donc), arrêtons nous sur Witchcraft, de Yamatogawa.

Yamatogawa, mangaka spécialisé dans le hentai, possède un coup de crayon assez magnifique, et un sens du rythme passionnant, le tout magnifié par l’édition taifu. En effet, le manga est beau, et Witchcraft voit son histoire regroupée dans un beau tome unique, avec quelques pages, en début et en fin, tout en couleur. Si le reste est en noir et blanc, il s’agit d’un beau noir et blanc, et Yamatogawa dessinant très bien, il sait créer une ambiance intéressante, et ses personnages féminins ne se ressemblent pas, ayant une véritable identité, que ce soit physique ou mentale. Bien sûr, toutes les demoiselles sont sexy et aiment le sexe, mais il arrive donc à leur donner une véritable personnalité, et un physique bien à part.

Witchcraft

Au niveau de l’histoire, l’auteur arrive à mélanger histoire classique et surprise pleine de magie. Son protagoniste principal est un personnage auquel il est facile de s’identifier. Il est jeune, solitaire, et se fait brimer par une bande de loubards. En se réfugiant dans une boutique, alors qu’il est poursuivi par les crapules, il tombe sur une sublime jeune femme, qui tient une boutique de voyance, et qui cherche un cobaye pour des expériences d’hypnotisme. Elle décide de l’essayer sur notre héros et, pour l’aider à être sensible à l’auto-suggestion, elle va lui offrir un moment d’une rare sensualité. Un effet secondaire de l’hypnotisme transforme notre jeune homme en bête de sexe, dont le sperme est irrésistible, mais lui donne aussi la confiance en lui qui lui permet de vaincre les brutes qui le harcèlent. A cela, Yamatogawa rajoute quelques yakuza, des pouvoirs psychiques, une sorcière, et laisse se dérouler une histoire amusante, et pleine d’une phénoménale sensualité, mais les deux s’intègrent divinement bien, et le scénario est loin d’être un simple prétexte, mais justifie à la perfection les séquences de sexe. En effet, entre les dessins et les situations, difficile de ne pas sentir la température monter drastiquement, l’auteur connaissant son affaire. Yamatogawa parvient à jouer sur les fantasmes, entre ce personnage auquel tout jeune peut s’identifier, et l’histoire, qui est le genre de chose auquel tout jeune a dû rêver. Oui, Witchcraft représente un des grands fantasme de tout jeune homme un peu renfermé. Les scènes de sexe sont longues, sauvages et excitantes, mais ne prennent pas le pas sur l’histoire, s’y intégrant parfaitement, et les demoiselles ajoutent, outre une dose de sensualité (chacune étant différente dans sa manière d’appréhender le plaisir physique), pas mal d’humour, entre les dialogues, avec une légère jalousie, et un personnage râleur qui en devient rapidement irrésistible, tout en étant un plaisir pour les yeux.

witchcraft 2

Yamatogawa se rate cependant quelque peu sur la morale de la fin de Witchcraft, qui laisse entendre que l’amour est plus fort que le sexe et parvient, grâce à la fidélité inhérente, à vaincre la méchante sorcière. Certes, ce côté moralisateur est un peu dommage, mais offre une séquence d’une rare sensualité, qui ne peut laisser de marbre.

Yamatogawa est ainsi un auteur à suivre, qui sait vraiment comment faire un bon hentai, tout en livrant un récit original, et taifu manga offre un très bel objet, au sein d’une collection des plus intéressante pour les amateurs de ce genre de littérature, ou pour les personnes désirant le découvrir.

Witchcraft, de Yamatogawa, disponible chez Taifu manga

Leur site de vente en ligne ici

Imprimer


Laissez un commentaire


*